top of page

Philosopher, c’est bien plus important pour vos enfants que vous ne l'imaginez.



Et si les enfants étaient tous des philosophes en herbe ?

Votre enfant vous a-t’il déjà demandé « c’est qui Dieu ? » ou « c’est quoi le bonheur ? »

Cela n’a rien d’étonnant : les enfants ont une intuition philosophique extraordinaire, que nous devons leur apprendre à développer et structurer.


Bien sûr, il ne s’agit pas de faire de l’histoire de la philosophie comme les élèves de lycée. Mais dès lors que votre enfant commence à se poser des questions sur la vie et le monde qui l’entoure, il peut raisonner et développer un esprit critique. Il a, en fait, un besoin fondamental de philosopher.


Il n’y a pas d’âge pour se poser des questions philosophiques et, dès trois ans, face à l’expérience de «l’étonnement devant le monde», les enfants commencent à se questionner sur la vie, la mort, les relations humaines, la morale, la politique…

Dès l’âge de 6-7ans, un enfant est capable d’aller vers l’abstraction, c’est-à-dire avoir une pensée abstraite, élaborer un raisonnement qui ne le concerne pas directement, qui ne relève pas de son champ d’expérience. Avoir une pensée universelle, donc.

Ainsi, philosopher est essentiel pour nos enfants, et en cela que ça les amène à :


• Questionner et prendre de la distance par rapport à l'opinion commune, par rapport à ses propres représentations et stéréotypes,

• Améliorer la communication du groupe et permettre à l'enfant d'être considéré dans son individualité propre,