5 trucs pour apaiser les peur de vos enfants

Mis à jour : mars 16

"J'ai peur dans le noir.", "Je veux dormir dans ton lit", "j'veux pas aller à l'anniversaire de Tom.", "j'ai peur des grands…"… Les peurs des enfants sont nombreuses, irrationnelles et ont tendance à leur compliquer la vie (et la nôtre par la même occasion ;). Comment les aider à démêler le vrai du faux, leur apprendre à relativiser ? Voici 5 grandes orientations pour apaiser les peurs de votre enfant et les rendre plus autonomes en leur donnant les outils nécessaires pour gérer leurs angoisses.



1. L'écouter

Le meilleur moyen de rassurer son enfant est encore de se montrer à l'écoute et surtout de ne jamais nier ses peurs. En reconnaissant ses angoisses, vous lui donnez implicitement la permission de les exprimer et ainsi, de les déconstruire. Incitez-le s'exprimer pour comprendre ce qui lui fait peur ; parfois, la première peur exprimée en cache une autre plus profonde : "j'ai peur du noir" peut être en réalité "J'ai peur de me séparer de toi ou que tu partes…". J'ai rencontré un jour un petit garçon qui avait peur de l'école. En creusant et en discutant avec lui, ce qui lui faisait peur, c'était "que les plaques se remettent à bouger et que le soir, je ne retrouve plus ma maman." ! Une peur inimaginable !


.



2. L'Aidez à comprendre

En écoutant puis en discutant, vous aidez votre enfant à comprendre précisément de quoi il a peur et pourquoi il a peur. La peur est un réflexe archaïque destiné à nous sauver la vie. Pour les enfants, c'est souvent le manque de connaissance ou d'expérience qui engendre la peur. Une discussion avec vous l'aidera à y voir plus clair. Pour l'aider, laissez-le, autant que possible, exprimer ce qu'il ressent et ce qui lui fait peur, ce qu'il imagine risquer,… Laissez-le parler sans intervenir et sans le juger. Vous pourrez ainsi chercher ensemble des solutions qui pourront s'adapter à son âge. Par exemple, s'il a peur d'aller à l'école et de ne pas se faire d'amis, il va peut-être proposer, tout simplement, de ne plus aller à l'école ;) ! Vous pouvez alors lui proposer de trouver une alternative : peut-être "aller voir des enfants qui semblent aussi ne connaitre personne".


3. Faites-lui confiance

Aidez-le à trouver en lui les ressources disponibles pour dépasser ses peurs : chanter à tue-tête, se raconter une histoire, …. N'hésitez pas aussi à lui rappeler ses peurs d'enfant qu'il a déjà réussi à affronter afin de lui donner confiance. Si vous lui donnez des "trucs" accessibles pour surmonter seul ses peurs et surtout, si vous lui montrez que vous le savez capable d'apprendre progressivement à les gérer tout seul, il deviendra petit à petit autonome et pourra grandir en toute confiance.


4. L'aider à extérioriser

Les enfants ont besoin d'extérioriser leurs peurs et de les apprivoiser. Certains jeux sont parfaits pour "jouer à se faire peur" et ainsi extérioriser petit à petit ses angoisses.

  • Le cache-cache est un jeu qui fonctionne à tout âge et qui met les enfants dans une "fausse" situation de peur que les enfants contrôlent à travers le jeu. Disparaitre / apparaitre / ne pas être trouvé : beaucoup de suspens dans ce jeu apparement anodin et connu de tous.

  • Laissez-le lire des livres qui font peur (adaptés à son âge bien entendu) afin de le laisser se confronter à des peurs plus ou moins intenses pour lui : il va apprendre ainsi à gérer progressivement cette émotion et à l'exprimer.


5. Télécharger notre e-book

Pour vous aider à accompagner votre enfant, nous vous offrons plusieurs activités à faire avec lui, disponibles dans notre e-book du premier atelier sur la peur de Phili.

Vous y retrouverez notamment des jeux et un rituel de respiration que votre enfant pourra utiliser lorsqu'il sera confronté à une situation de stress.



Faites le test de l'échelle de la peur avec votre enfant en cliquant ici 👇🏻


ATTENTION :

Si votre enfant a une peur qui est très handicapante, quotidienne, récurrente et qu'il ne parvient pas à y faire face, nous vous recommandons de consulter un professionnel : psychologue ou pédiatre, afin de prendre sérieusement en considération ce malaise.



Abonnez-vous à notre newsletter pour ne pas rater nos conseils et astuces 🙂 👇


24 vues0 commentaire