Pourquoi les enfants aiment-ils avoir peur ?

Mis à jour : mars 4


"Maman, raconte-moi encore des horreurs !" Je venais de lire Barbe Bleue quand ma fille m'a dit cette phrase et j'ai été sidérée. Moi qui pensais que ma mission sur Terre était de la faire grandir en douceur, de la mettre dans un petit coton pour lui apprendre progressivement à découvrir le monde, je me suis retrouvé face à une enfant qui se délectait d'histoires terrifiantes ! (Oui, je sais, j'aurai dû me souvenir de la Psychanalyse des Contes de fées… Je vous le conseille !)

Je me suis souvenue qu'enfant, j'aimais aussi beaucoup les histoires qui font peur. Pourquoi? Le frisson ! Cette sensation physique tellement forte qu'on peut fuir en se réfugiant dans les bras de nos parents, le coeur encore à cent à l'heure !

La peur est un sentiment très présent - et très structurant - pour les petits : c'est l'occasion pour eux d'apprendre à surmonter cette émotion intense et de grandir en prenant confiance en soi. Savoir comment réagir et pouvoir être autonome quand on a peur est vraiment une preuve de grande maturité (et de fierté) pour les enfants. La peur est un signal fort pour nous alerter face à un danger… et, à l'origine, nous sauver la vie. Pour les enfants, cette émotion peut se manifester face à une situation inconnue pour les plus inquiets ou face à un réel danger. A nous de les aider à distinguer ce qui est inquiétant de ce qui ne l'est pas… et de leur donner les clés pour pouvoir agir !



Qu'est-ce que la peur apporte aux enfants?

Les jeux qui font peurs sont l'occasion pour les enfants de se mettre dans des situations terribles tout en ayant la maitrise de ce qui va se passer. C'est ce qui les poussent à jouer de leurs propres peurs, comme dans les jeux de cache-cache ou parfois dans des jeux qui les mettent même en danger. Ils testent leurs limites et le jeu se substitue à la réalité : pour l'enfant, une mise à l'épreuve, une expérimentation intéressante.

Dès le plus jeune âge, beaucoup d'enfants adorent les histoires de grand méchant loup, pauvre petit Chaperon rouge, ou Barbe bleu. Se confronter à la peur participe à la construction de leur personnalité : ils vivent par procuration de grandes angoisses et testent aussi leurs réactions. Vont-ils courir se cacher, se réfugier près d'un adulte ou faire face ? A chacun sa personnalité. Dans les histoires, le bien triomphe toujours du mal ce qui est très rassurant, mais les enfants y sont aussi confrontés à leurs pires peurs : le noir, l'abandon, la mort. En s'identifiant aux protagonistes, les enfants vivent ces épreuves par procuration et observent les différents moyens à leur disposition pour relever ces défis.


En ce qui concerne les angoisses de nos enfants, le plus important pour y répondre au mieux, c'est de ne jamais les nier. Un enfant qui a peur a sincèrement peur, même si ce n'est pas la première peur qu'il va exprimer spontanément. Essayez de les questionner pour les aider à faire le tri entre leurs peurs réelles et leurs peurs imaginaires. Nous pouvons aussi les accompagner en leur apprenant à identifier leurs émotions et en leur donnant des outils pour savoir comment gérer cette situation sans avoir besoin d'une aide extérieure. En résumé, leur donner les bons outils pour apprendre à grandir et à avoir confiance en soi.


Abonnez-vous à notre newsletter pour ne pas rater nos conseils et astuces 🙂 👇


102 vues0 commentaire